TEAM RM

Communication lors de la célébration de Journée internationale de la femme africaine :  Réckya Madougou exhorte les femmes à profiter du numérique

Communication lors de la célébration de Journée internationale de la femme africaine : Réckya Madougou exhorte les femmes à profiter du numérique

Pour une deuxième édition de la Journée internationale de la femme africaine, l’esprit et la philosophie n’ont pas changé : la femme reste un maillon essentiel à promouvoir dans toute sa splendeur. Surtout au profit de tous les enjeux de développement.

A la manœuvre de cette célébration, l’Association Femmes de Demain Bénin et sa Présidente Francine TOUPE. Une semaine complète (du 26 au 31 juillet 2018) a été dédiée à cet effet. Mais pour cette journée du vendredi, elles (femmes politiques, chefs d’entreprises…) sont venues en grand nombre de différents pays et déléguées par les partis politiques, les organisations non gouvernementales et autres structures au sein desquelles elles militent, pour en apprendre un peu plus sur la responsabilité entrepreneuriale et l’engagement politique de la femme.

Et pour l’occasion, c’est Réckya Madougou, ministre et conseillère spéciale du Président de la République Togolaise, qui est venue les éclairer sur les enjeux de l’entrepreneuriat au féminin en Afrique surtout avec comme opportunité le numérique. « Innovation et Numérique : l’entrepreneuriat féminin » est le thème de sa communication. « Selon une étude, l’Afrique est la région du monde où l’investissement est le plus rentable », a introduit l’experte en finance inclusive qui poursuit et informe que dans le même temps sur le continent, l’entrepreneuriat féminin est de 27% avec le Sénégal comme l’un des meilleurs élèves de la classe (37%). Contrairement à la France qui totalise 3%. « Cela veut dire que les femmes africaines ont encore une large opportunité pour investir », a-t-elle affirmé.

Sur ce boulevard d’opportunités, Réckya Madougou insistera face à ses interlocutrices d’une journée, sur l’une qui parait à ses yeux la plus importante. Celle là même, transversale à tous les défis de l’entrepreneuriat et du développement, et qui porte l’essentiel des innovations en la matière : le numérique. « Le digital est une arme. Aussi bien en politique, dans les affaires, dans l’économie, dans le social et dans tous les domaines. Le digital a un rôle catalyseur. On ne peut pas imaginer le développement de l’Afrique sans le digital. Il permet de créer davantage de ressources et plus d’emplois », a-t-elle détaillé. Entre anecdotes, citations, petites boutades, exemples concrets et des glissements anglicistes mais avec comme fil conducteur ses expériences personnelles, Réckya Madougou a fait constater la persistante fracture entre les hommes et les femmes dans l’industrie du numérique, les actions à mener pour inciter les femmes davantage dans le numérique et enfin quelques témoignages du dynamisme féminin face aux opportunités de la révolution numérique. « Chacun d’entre vous a la possibilité de se faire de l’argent à partir du digital. 350 millions d’Africains sont aujourd’hui connectés. Cela veut dire que les nouveaux marchés sont là. Avec le digital, la femme devient une femme inspirant avec un réseau fort à sa disposition », a expliqué l’ancienne ministre de la justice du Bénin qui a démontré comment grâce au digital, le Togo est entrain de vivre une expérience heureuse dans l’agriculture. Il s’agit du Mécanisme Incitatif de Financement Agricole. « Si l’analphabétisme recule, c’est grâce au e-learning. Il décomplexe tout. Saisissez cette opportunité », a-t-elle conseillé avant d’arriver à quatre conclusions majeures : renforcer l’accès des femmes à l’éducation et la formation pour assurer leur autonomisation, consolider les compétences entrepreneuriales des femmes africaines, faciliter l’accès des femmes aux outils et supports digitaux pour optimiser leurs ressources et l’accessibilité à leurs activités et enfin valoriser les talents et les compétences des femmes surtout les jeunes filles par l’orientation et la capacitation dans les TIC.

Au bout d’une heure d’échanges, Réckya Madougou, a conclu cet exercice qui in fine vise à doter les femmes, de mieux saisir les opportunités du numérique dans l’entrepreneuriat. C’est une sorte d’initiation, de préparation à une échéance qui approche

Laisser un commentaire

Fermer le menu